septembre 2011

petit à petit
des archives à la poubelle
sa carrière s'efface

quelle exaltation
quand enfin l'origami
au bout de mes doigts

*-*
Rattenberg, Autriche - été 2011
*-*

là il me raconte
sa femme et son Alzheimer
je retiens mes larmes

rêverie au soleil, le temps de décider qu'une sieste imprévue sera toujours indispensable : il suffit d'un arbre complice et d'un livre.

♦ la gorgée d'eau si délicieuse #6mots

fine et longue tige
tout au bout une fleur rose
trampoline d'abeille

◊♦◊

fermées les persiennes
sur la cigale attardée
pénombre d'été

la pluie - doucement - je ne me souvenais plus - elle m'a réveillée - doucement - j'ai écouté - étonnée - et ces parfums dans l'air !

*-*
Autriche - été 2011
*-*

petit déjeuner
toujours la même heure mais
toujours plus la nuit

◊♦◊

arrosant les plantes
deux grands yeux dans les feuillages
un chat invité

dépassant du pot
deux feuilles de capucines
les graines ont germé !

◊♦◊
petit bruit de pluie
ce réveil inattendu
dans l'air la fraîcheur

♥ soirée sous les arbres. profitons de ce que la nuit est noire de plus en plus tôt pour allumer les bougies de plus en plus tôt ♥

à l'ombre sucrée du figuier
je rêve
je rêverais
d'un autre été
ou du même
encore et encore

sa porte fermée
derrière elle dort encore
rentrée tout à l'heure

◊♦◊
l'eau sur la terrasse
dans les pots et tout autour
les pattes de chats

là en plein soleil
la bougie ratatinée
au fond du bécher

◊♦◊
l'eau de la piscine
depuis deux jours tourne seule
la fin de l'été

au milieu du bleu
l'oeil blanc de la pleine lune
un ciel bienveillant

◊♦◊
ce bruit incongru
qui bouscule ma fatigue
c'est le téléphone

« C'est véritablement utile puisque c'est joli.» Saint-Exupéry (le Petit Prince)

mains sur la façade
toute la chaleur du jour
le lézard et moi

◊♦◊
la jardinerie :
de pensée en chrysanthème
l'abeille ravie


c'est encore l'année du chat, profitons-en...

ses mains malhabiles
sur les pensées si fragiles
jardinier en herbe

◊♦◊
l'ombre tatouée
de la vigne sur le mur
c'est la pleine lune

♣ accrochées à la treille ♣ la liane et son ombre ♣ serpentent ♣ sur ces roches ♣ du début du monde

être ce soir
les pieds dans l'eau
parler à mes deux flocons de poils
écouter la journée de mes amours
well, can I go home now ?

fil téléphonique
balançoire pour pigeon
dessous, les voitures

◊♦◊
pliages ratés
se succèdent sous mes doigts
air narquois du chat


Godward

avec des nuages
la nuit envahit le ciel
- la ville et la mer

◊♦◊
je vois son sourire
et son air un peu ailleurs
souvenir d'hier

Aussitôt que l'idée du Déluge se fut rassise,
Un lièvre s'arrêta dans les sainfoins et les clochettes mouvantes et dit sa prière à l'arc-en-ciel à travers la toile de l'araignée.
Arthur, who else ?

pétales et feuilles
prisonniers du vent violent
froid depuis la pluie

◊♦◊
l'air est immobile
prisonnier dans la maison
déjà il fait froid

une aurore boréale vue depuis l'ISS

le profil d'ombre sur le mur blanc nous dit le soleil, le chant des cigales, la fraîcheur de la maison où l'on entre en aveugle, un instant.

« Au plus fort de l'orage, il y a toujours un oiseau pour nous rassurer.» René Char

le petit insecte
prisonnier sous les vitrages
et son bruit de pluie

◊♦◊
la vieille maison
tout en haut de la colline
il fait déjà sombre

un vitrage flou
entre la tarente et moi
son ventre tout rond

◊♦◊
d'un fauteuil à l'autre
je recherche l'ombre douce
un été revient

une rue à Osaka

♦ les
bulles
dansantes
font éclore
passant des les airs
un cortège de cris de joie #fibonacci

Hot Air Balloons, Cappadocia


An owl stares
season of the crop in a quiet forest
it is peaceful
Kayo from Japan

l'odeur du savon
traînant près du fil à linge
- des roses d'automne !
son ventre tout rond

◊♦◊
sang sur l'oreiller
témoin de l'âpre bataille
moustique VS moi

menace ou terreur ?
brandissant deux pattes en l'air
petite araignée

◊♦◊
enfin au repas
nos trois journées réunies
la douceur du soir

c'est tous les matins, ce bleu lumineux dans ce champ presque sec. au retour, elle n'est plus là, il ne reste que la terre. maintenant, je sais son nom ! (c'était la chicorée sauvage)

Jean-Pascal, il a des expressions du genre : «c'est délicieux comme un verre d'eau». rien que pour ça, vous faites comme moi et vous vous lisez tout son site par petits bouts ! ps : mon #6mots de je-ne-sais-quand ne vient même pas de là non mais !

souple sur son skate
il longe l'embouteillage
mais quelle élégance !

◊♦◊
mon nouveau stylo !
encore un nouveau stylo ?
c'est ça ou des livres